J’ai eu l’honneur d’y présenter l’avancée de mes recherches autour du thème: « L’émergence de la phase d’expérimentation dans la non-rencontre amoureuse contemporaine ».

Propos

Ma présentation concernait une partie de ma recherche doctorale qui interroge les mutations des modalités de liaison dans la rencontre amoureuse contemporaine.

Elle a tenté de répondre à la question suivante : « quelles mutations observe-t-on dans la mise en couple contemporaine et dans quelle mesure le cadre culturel contemporain influence ces transformations ? ». En fond, elle interroge la manière dont l’épistémologie psychanalytique peut conjuguer avec ces changements.  

Après une brève rétrospective des évolutions de la rencontre amoureuse depuis la libération sexuelle, j’ai pu explorer les caractéristiques d’une nouvelle phase inhérente à notre époque, j’ai nommé : « la phase d’expérimentation ». Elle a pour spécificité une relative neutralité affective, place la sexualité au premier plan et engage une mise en concurrence des partenaires potentiels. Ces éléments participent à dresser une typologie des patients qui viennent consulter en raison de cette éprouvante phase d’expérimentation. Il apparaît que le capitalisme tient un rôle certain dans son émergence, conduisant parfois à une « psychopathologie de la rencontre amoureuse ».

Remerciement

Je tiens à remercier les organisateurs qui m’ont invité à présenter mes travaux. Ce fût une superbe expérience de penser dans l’interculturalité, permettant de saisir les enjeux du capitalisme sur nos sociétés respectives.